27 novembre 2020 | International, Technologies propres, Méga données et intelligence artificielle, Fabrication avancée 4.0, Systèmes autonomes (Drones / E-VTOL), Conception et essais virtuels, Fabrication additive

Blast, un programme soutenu par Starburst qui veut faire exploser les startups françaises du spatial

Blast, un programme soutenu par Starburst qui veut faire exploser les startups françaises du spatial

Plusieurs spécialistes de l'innovation se sont alliés pour créer Blast, le premier programme français d'accélération de jeunes pousses à fort contenu technologique dans les domaines de l'aéronautique, du spatial et de la défense afin de « faire émerger et d'accompagner une vingtaine de start-up par an ». Le programme réunit Starburst, premier accélérateur mondial dédié aux start-up de l'aéronautique, du spatial et de la défense (ASD), l'Office national d'études et de recherches aérospatiales (Onera), l'École Polytechnique et la SATT Paris-Saclay, dont le but est de développer la mise en oeuvre des innovations issues de la recherche académique.

À l'origine du projet, qui sera formellement lancé en janvier, le constat du « manque d'un programme constitué en France dédié à l'accompagnement des projets deep tech (portant sur des technologies très avancées, NDLR) pour le secteur » de l'aéronautique, de la défense et du spatial, expliquent ses promoteurs dans un communiqué. Si les jeunes pousses dans ces domaines sont particulièrement actives aux États-Unis ou encore en Israël, le mouvement doit être « être renforcé en Europe et particulièrement en France », estiment-ils. D'autant que l'aéronautique, le spatial et la défense « portent par nature les caractéristiques du deep tech: de fortes barrières à l'entrée, un cycle de développement long et complexe et un caractère disruptif fort en cas de succès ».

Des levées de fonds d'amorçage prévues

Le programme doit permettre d'accompagner des projets correspondant aux besoins de l'industrie et de les pérenniser par des contrats commerciaux et des collaborations avec les industriels ou instituts publics. « L'idée, c'est de créer plus de start-up pour alimenter les futurs programmes aéronautiques, spatiaux et de défense », résume François Chopard, fondateur de Starburst, qui assurera la coordination du programme. Les domaines visés sont notamment ceux de l'aviation décarbonée, les plateformes de mobilité aérienne urbaines, l'intelligence artificielle, les technologies portant sur l'autonomie (capteurs, fusion de données), les services informatiques dématérialisés (cloud) sécurisés ou encore le spatial.

Des levées de fonds « d'amorçage de deux à trois millions d'euros » sont prévues. Blast est l'un des dix programmes sélectionnés par le gouvernement à l'issue d'un appel à projets d'accompagnement de start-up à fort contenu technologique dans le cadre du Programme d'investissements d'avenir (PIA) Doté d'un montant maximal global de 9,6 millions d'euros, le soutien public, via Bpifrance, permettra des subventions allant jusqu'à 50% du coût du projet pendant les deux premières années.

https://www.frenchweb.fr/blast-un-programme-soutenu-par-starburst-qui-veut-faire-exploser-les-startups-francaises-du-spatial/410612

Sur le même sujet

  • Accélérateur technologique canadien - Technologies numériques à Silicon Valley - Startup Montréal
  • Navys Next Generation Air Dominance Program to be Family of Manned Unmanned Systems

    31 mars 2021

    Navys Next Generation Air Dominance Program to be Family of Manned Unmanned Systems

    The Navy is eyeing a mix of manned and unmanned platforms as it embarks on its next-generation air dominance program, which will replace some of the service's aging planes, said a top official March 30. At the center of the iniatitive is an effort to procure a sixth-generation fighter and replace the F/A-18E/F Super Hornet, said Rear Adm. Gregory Harris, director of the air warfare division of the office of the chief of naval operations. The Super Hornet will begin nearing the end of its service life in the mid-2030s. The Navy has not yet decided whether that platform will be robotic or have a pilot in the cockpit, he said during a virtual event hosted by the Navy League of the United States. “In the next probably two to three years, we'll have a better idea of whether the replacement for the F/A-18E/F will be manned or unmanned,” he said. “I would believe it will most likely be manned but I'm open to the other aspects.” That decision will be informed by a concept refinement phase, which the Navy is currently in, he said. “That concept refinement phase and the teams that we have with our prime air vehicle vendors will start to advise what's in the realm of possible — has autonomy and artificial intelligence matured enough to be able to put a system inside an unmanned platform that has to go execute air-to-air warfare?” he said. Air-to-air warfare is perhaps the most complex mission for an autonomous capability to perform, he noted.

  • STATE SMALL BUSINESS CREDIT INITIATIVE (SSBCI)
Toutes les nouvelles